Fatigue au travail semaine QVT

Votre fatigue au travail n’est pas liée à ce que vous faites


Catégorie: Intelligence Relationnelle, Soft skills Date de publication: 28 janvier 2020

La 17ème édition de la semaine pour la qualité de vie au travail se tiendra du 15 au 19 juin 2020. Organisée par l’Anact (l’Agence Nationale de l’Amélioration des Conditions de Travail), elle met en avant le débat national sur le bien-être au travail.

J’ai à ce sujet une conviction :

La fatigue au travail n’est pas liée à ce que l’on fait, mais à ce que l’on ne dit pas.

Qui n’est pas sorti « lessivé » d’une réunion pleine de sous-entendus, de non-dits et d’implicites antagonismes drapés dans le positivisme de rigueur ? Qui ne s’est pas retrouvé seul et exsangue après avoir subi seulement quelques instants de critiques ou de reproches sans avoir osé se défendre ni su quoi dire ? Qui ne s’est pas trouvé bête et harassé après ce rendez-vous client mal démarré, mal continué et mal terminé, parce qu’il n’a pas osé dire par peur de perdre ? Qui n’a pas ensuite, pour faire baisser la tension, déversé tout ce flot d’émotions non-dites sur le moment, le soir auprès de ses proches ? Ou pire encore, ne l’a pas gardé pour lui comme une épuisante prison ?

Oser dire en l’instant, savoir dire comme il faut, sans paraître brutal, arrogant ou servile n’est pas en soi difficile. Mais cela nécessite de changer le logiciel de notre manière de parler, d’écouter, et d’interagir avec autrui. C’est toute la différence entre dire à quelqu’un :

« Vous mentez » et « J’ai du mal à vous croire »

« Vous avez tort » et « J’ai un avis différent »

« Ne pensez-vous pas que l’on devrait faire autrement? » et « J’ai envie de faire autrement. Qu’en pensez-vous? »

« Est-ce que je vous dérange? » et « J’ai besoin que vous m’accordiez un instant ».

La liberté et la rigueur que cela requiert, tout le monde peut le développer.

Je pense qu’aucune méthode n’est applicable en tout lieu, en tout moment, dans toute relation. Je suis convaincu, en revanche, que chacun peut adopter une discipline dans sa manière de parler qui permet à chacun, dans sa vie professionnelle et même personnelle, d’être plus efficace, plus influent, plus rapide, en préservant son confort et sa liberté.

Puisque l’on passe entre 70 et 80% de notre temps de travail à échanger avec les autres (collègues, clients, prestataires, hiérarchie), l’essentiel de notre bien-être au travail dépend de la qualité de nos échanges. Or, si on apprend les compétences métiers et organisationnelles à l’école ou à l’université, on apprend peu ou pas la compétence relationnelle, pourtant si essentielle. Maîtriser ses émotions pour passer de l’implicite à l’explicite, du non-dit au dit, du sous-entendu à l’entendu, sans transgresser sa culture ni violer sa nature, est, sans doute, le meilleur moyen de remettre du plaisir et du confort dans ses relations.

Toute personne souhaite qu’on lui parle de manière directe, calme et respectueuse. Mettre en accord cette attente avec la réalité est la clé pour garantir un environnement de confort et de bien-être relationnel au travail.

« Ne montre pas tes émotions, tu seras faible mon fils. »

…voilà un proverbe que nous devrions ranger au musée des stupidités. Tous les charismatiques vous le diront.

#CompetenceRelationnelle #QVT #Ecoute #Respect #Non-dits #EgalAEgal

 

Philippe De Lapoyade, fondateur Interactifs Un article rédigé par Philippe de Lapoyade, fondateur et PDG d’Interactifs.

Une question ? Contactez-nous


 01 44 39 29 00


En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande.Voir notre politique de confidentialité